fäertaasch

Ma och wa mir ni méi danzen an der Gaass
Aus Angscht gëtt gären Haass
Och ouni e lescht Glas
Wa mir och liewen, ganz eescht an ouni Spaass
Gi mir och ni méi Gas
Bäisse mir nawell an d’Gras

Mat dësen Zeilen schléissen ech mäin neit Lidd “fäertaasch” of. Fäerten, an Angscht hunn, sou geet et ville Leit zanter 2020, wou de Coronavirus fir Opreegung suergt. Dat läit selbstverständlech un der schlëmmer Krankheet, de villen Doudegen, dem Leed an dem Misär déi de Virus mat sech bréngt. Ma och déi onënnerbrachen Iwwerschwemmung vun negativen Noriichten, Biller, Mesuren, Zuelen a Reaktiounen, deenen een zanter iwwert engem Joer ausgesat ass, dréit bestëmmt zum Angschtklima bäi. Angscht virum krank ginn, Angscht virum Doud, souwisou, mee ëmmer méi och, Angscht virun deem Aneren. An, dass aus Angscht gären Haass ka ginn, mierkt een un der Radikaliséierung vum ëffentlechen Debat, wou nüancéiert a kritesch Ausenanersetzungen quasi onméiglech gi sinn, well d’Fronten sech op alle Pläng verhäerten, an d’Monopoliséierung vum Debat duerch d’Pandemie nëmmen nach schwaarz-wäiss Iwwerleeunge zouzeloosse schéngt. Nieft dem Virus an de Kierperen, schéngt sech hei och e Virus an de Käpp breetzemaachen.

Ech hunn es genuch, ech sëtze wéi op Kuelen
Ech hunn es sat, mam Virus an de Käpp
Halt se fir Iech, d’Mesuren an och d’Zuelen
Komm mir ginn een huelen
Bei d’Vicky a bei d’Kett[1]


Doderniewent hu mer all, op der Sich no der Wourecht, mat sëllegen Onsécherheeten ze kämpfen: wéieng Spezialiste kennen d’Wourecht, wat ass Verschwörungstheorie, a wat net an ass d’Pharmaindustrie wierklech de Retter an der Nout? Gëtt et iwwerhaapt eng endgülteg Wourecht, ass et jee eng ginn? Oder ass grad dat eng Gefor, dass jidderee mengt, déi nei an eenzeg Wourecht ze kennen, un déi dann och gefällegst jidderee sech unzepassen huet? Well, wann ee sech net upasst, an net zu deem engen oder aneren Extrem gehéiert, gëtt ee ganz séier an en Eck gedréckt, wou een net higehéiert. Fir déi eng Säit ass een e Scheefchen, wat zu allem Jo an Amen seet, fir déi aner Säit e Querdenker a Schwurbler (wat och ëmmer dat heesche soll).

Mäi Lidd ass vläicht eng ganz perséinlech Bestandsopnam, an där awer och, opgepasst, Ironie dra virkënnt. Um Enn ass et dann och d’Fro, ob de Gesondheetswahn, an deen eis Gesellschaft op eemol gefall ass, net de Géigendeel bewierkt vun deem wat en ugëtt, an d’Leit krank an onglécklech mécht, mat der Angscht, de restriktive Mesuren an der Aschränkung vun de Grondfräiheeten, an ob  et net héich Zäit gëtt fir iwwert eng Zukunft ze schwätzen, wou Liewensqualitéit a Wuelbefannen am Mëttelpunkt stinn.

Serge Tonnar: Gittar & Gesang
Eric Falchero: Piano
Ben Claus: Uergel & Brëtellspiano
Marc Demuth: Bassgei
Dirk Kellen: Batterie

[1] Klengen Hommage un d’Vicky Schaack vu Miersch & Ketty Müller vun Nouspelt, zwou wonnerbar Wiertsfraen, déi 2020 gestuerwe sinn.


fäertaasch
(trouillard)

Mais même si nous ne dansons plus jamais dans la rue
La peur devient vite de la haine
Même sans un dernier verre
Même si on vit très sagement et sans joie
Même si on ne s’éclate plus jamais
On mord la poussière vaille que vaille

Avec ces lignes, je conclus ma nouvelle chanson “fäertaasch” (trouillard). Beaucoup de gens ont peur depuis que le coronavirus fait des ravages. C’est évidemment dû à la maladie grave, les nombreux morts, la peine et la misère que le virus entraîne. Mais aussi le flot ininterrompu d’informations, d’images, de mesures, de chiffres et de réactions négatifs contribue certainement au climat de la peur. Peur de tomber malade, peur de la mort, évidemment, mais aussi, de plus en plus, peur de l’autre. Et que la peur peut vite se transformer en haine, on le voit bien à la radicalisation du débat public, où des discussions nuancées et critiques sont devenues pratiquement impossibles, parce que les fronts se durcissent et la monopolisation du débat par la pandémie ne permet plus que des réflexions en noir et blanc. A côté du virus dans les corps, c’est le virus dans les têtes qui semble se propager.

J’en ai assez, je suis comme sur des charbons ardents
J’en ai marre avec le virus dans les têtes
Gardez-les pour vous, les mesures et les chiffres
Viens, on va boire un verre chez Vicky et chez Kett[1]

En plus nous avons tous, à la recherche de la vérité, à combattre plein d’incertitudes: quels spécialistes détiennent la vérité, qu’est-ce qui est théorie de complot et qu’est-ce qui ne l’est pas, et l’industrie pharmaceutique est-elle vraiment notre sauveur? Est-ce que la vérité ultime existe seulement? A-t-elle jamais existée? Ou est-ce là justement un des dangers, quand chacun pense détenir la nouvelle et seule vérité, à laquelle chacun est tenu à s’aligner? Car, si on ne s’aligne pas, et si on ne fait pas partie d’un des extrêmes, on est vite assimilé à un camp radical auquel on n’appartient pas. Pour les uns, on est un mouton qui dit amen à tout, pour les autres on est un complotiste.

Ma chanson est peut-être un inventaire très personnel de la situation et dans laquelle, attention, il y a aussi de l’ironie. A la fin, c’est aussi la question si la folie sanitaire, dans laquelle notre société est tombée d’un coup, ne provoque pas le contraire de ce qu’elle prétend et rend les gens malades et malheureux, avec la peur, les mesures restrictives et la limitation des libertés fondamentales, et s’il n’est pas grand temps de parler d’un avenir où le bien-être et la qualité de vie sont au centre des préoccupations.

Serge Tonnar: guitare et chant
Eric Falchero: claviers
Ben Claus: orgue et accordéon
Marc Demuth: contrebasse
Dirk Kellen: batterie


[1] Petit hommage à Vicky Schaack de Mersch et Ketty Müller de Nospelt, deux magnifiques cafetières décédées en 2020

Trouillard

(Serge Tonnar, janvier 2021)

C’est la fin du monde, mais personne n’a pensé à le lui dire
Et les spécialistes ne savent plus où donner de la tête
Quand un d’eux dit ceci, un autre prétend cela
Et la plupart raconte n’importe quoi
Une chose est sûre, le jugement dernier est pour bientôt
Parce qu’ils ont fermé notre petit bistrot

J’en ai assez, je suis comme sur des charbons ardents
J’en ai marre avec le virus dans les têtes
Gardez-les pour vous, les mesures et les chiffres
Viens, on va boire un verre chez Vicky et chez Kett

Dansons encore une fois dans la rue
Sans peur et sans haine
Auprès d’un dernier verre
Prenez nos vies, mais laissez-nous la joie
On s’éclate encore une fois
Et puis on mord la poussière

La toile est remplie de théories de la conspiration
Et la presse fait la pub pour l’industrie pharmaceutique
L’art n’a plus de valeur et pourrit sur YouTube
Et moi je ne suis plus qu’en jogging
Car je n’ai pas le droit d’aller à la côte belge, sans blague
Allez vous faire foutre, alors on s’envole pour Biarritz

Mais je suis un trouillard
Alors confine-moi
Protège-moi de moi-même
Je ne sais pas encore comment ça marche

Mais même si nous ne dansons plus jamais dans la rue
La peur devient vite de la haine
Même sans un dernier verre
Même si on vit très sagement et sans joie
Même si on ne s’éclate plus jamais
On mord la poussière vaille que vaille